Les relations ville – hôpital : un frein dans la coordination des soins

Les relations ville – hôpital : un frein dans la coordination des soins

L’organisation des soins oblige tous les professionnels de santé et principalement les médecins généralistes à bien identifier les offres de soins proposées à proximité pour orienter au mieux les patients.

D’après une enquête Odoxa de 2018, 65 % des médecins et 90 % des directeurs d’établissements s’accordaient sur le fait que la coordination du parcours de soins des patients ne se déroulait pas de façon optimale [1]. La même année, 40 % des professionnels de santé estimaient ne pas avoir de bonnes relations avec les établissements de soins [2]. Ces pourcentages sont en permanente progression depuis 2015 traduisant un malaise de plus en plus profond [1].

Pourquoi observons-nous au fil des années un fossé de plus en plus prononcé entre la ville et l’hôpital, bien que paradoxalement, les établissements de santé, privés comme publics, n’ont jamais eu autant besoin des professionnels de santé de ville ?

L’impact de la communication sur les relations ville-hôpital

Il a été observé que 37 % des patients se rendent dans un établissement suite aux recommandations de leurs médecins [3]. La communication des établissements de santé vers les professionnels de santé de ville n’est donc pas à négliger. Cette dernière est devenue un élément clé pour les établissements de santé leur permettant de mettre en avant leurs services d’excellence et attirer les patients afin de rentabiliser leurs activités. En effet, depuis la mise en place de la tarification à l’activité (T2A) dans les établissements publics, tous les établissements de santé sont en concurrence entre eux, publics et privés [4].

Les établissements de santé comprennent de plus en plus l’importance d’avoir un site internet pour présenter facilement les soins et services proposés dans leurs structures et pour conforter leur attractivité sur leur territoire. Toutefois cette communication « grand public » n’est pas suffisante pour les professionnels en ville. Il est indispensable de fournir aux praticiens libéraux de ville des informations précises sur chaque pôle pour les aider à bien orienter leurs patients. Ces derniers peuvent ainsi choisir l’établissement de soins qui leur convient le mieux.

Là est bien toute la subtilité ; le code de la santé publique précise que les professionnels de santé peuvent conseiller, à la demande des patients, sur le choix d’un professionnel de santé, préciser leurs liens de confiance, mais ils ne peuvent aucunement imposer un confrère à leurs patients. Ils ont pour obligation de respecter le libre choix des patients [5]. De la même façon, les établissements de santé ne sont pas autorisés à faire de la publicité de leurs activités, néanmoins pour les développer, il leur est nécessaire de communiquer dessus. La frontière est très mince et difficilement interprétable, car il n’existe pas de définition réglementaire sur les notions de publicité et de communication pour les établissements de santé [6].

Face à ces difficultés juridiques, peu d’établissements communiquent vers les professionnels de la ville, à l’image du Centre Hospitalier de l’Ouest Vosgien, dont près de 50 % des praticiens libéraux ne connaissent pas l’offre des soins proposée par la structure [7].

Pourtant, cette communication à destination des professionnels de santé de ville est essentielle pour assurer une continuité de soins de qualité. Pour ce faire, les professionnels de ville attendent une communication plus directe et utile à leurs pratiques.

Une modernisation des outils pour améliorer la communication ville-hôpital

Plusieurs études montrent que le premier souhait des libéraux en ville est la mise en place, par les établissements, d’une ligne téléphonique directe pour faciliter les échanges avec leurs confrères [7][8][9][10]. Ils sont en attente d’une plus grande considération de la part de ces derniers par une transmission systématique et plus rapide des comptes-rendus d’hospitalisation [10][13]. Ils désirent également de plus en plus recevoir les différents rapports médicaux via un système de messagerie électronique sécurisée [7][10]. 76 % des médecins plébiscitent l’utilisation des courriers électroniques et les échanges sur les téléphones portables à 60 % [11].  

En 2020, environ 60 % des libéraux en ville ont une messagerie sécurisée quand seulement 54 % des établissements de santé en sont équipés, limitant ainsi l’utilisation du courrier électronique sécurisé [12]. Les praticiens communiquent alors entre eux via des messageries instantanées grands publics comme WhatsApp [13], pendant que les établissements de santé s’approvisionnent en fax [14]… À l’heure du digital et du développement de la e-santé, le courrier postal est donc encore majoritairement utilisé pour les échanges entre professionnels de santé [15][16].

Une meilleure connaissance mutuelle semble être l’axe principal d’amélioration des relations ville-hôpital. Pour cela, des professionnels de ville et des établissements proposent d’organiser des rencontres sous forme de formation [7][10]. Par ailleurs, de plus en plus d’établissements adressent régulièrement des newsletters aux libéraux en ville pour les informer de leurs dernières actualités [7][8].

En résumé

Les relations villes-hôpital sont délicates depuis de nombreuses années et un récent sondage réalisé auprès de professionnels hospitaliers après le premier confinement, a montré qu’ils restent peu confiants sur un rapprochement ville-hôpital. Ils estiment aussi en grande majorité que leurs relations avec la ville demeurent insuffisantes [17].

Nous faisons face d’un côté, à des établissements de santé réticents à communiquer avec leur environnement, qui tardent à s’adapter aux nouvelles technologies sécurisées. D’un autre côté, les professionnels de santé utilisent les technologies qui sont à leur portée pour se rapprocher de leurs confrères.

Les établissements de santé ont pris conscience de l’importance de communiquer vers l’extérieur, mais pour l’heure cette communication reste timide. Récemment l’Agence Nationale d’Appui à la Performance (ANAP), a travaillé avec 2 300 professionnels de santé pour identifier les obstacles auxquels ils sont confrontés pour fluidifier le parcours des patients. La lisibilité de l’offre, le partage des informations, les processus d’orientation et l’accès à l’expertise sont ressortis comme des besoins majeurs [18]. Les établissements ont donc encore un grand effort de communication à réaliser pour diffuser leurs offres de soins auprès des acteurs de santé en ville.

Pour améliorer la qualité et la sécurité des soins, les professionnels de santé cherchent à échanger entre eux, à déployer leur réseau pour répondre au plus près des besoins de leurs patients.

Dans cet objectif, les établissements de soins peuvent fournir des outils aux professionnels de santé pour qu’ils puissent disposer d’informations utiles et de contacts personnalisés dans l’objectif global d’optimiser les parcours de soins. C’est en cela que Meredith Santé se pose comme plateforme de communication pour faciliter et fluidifier la communication entre professionnels de santé.

Sources

[1] Baromètre santé 360 Odoxa, « Nouveaux usages en santé », 26MAR2018, http://www.odoxa.fr/sondage/barometre-360-sante-numerique-permettra-t-de-redresser-satisfaction-recul/

[2] Baromètre santé 360 Odoxa, « Les professions libérales de santé », 12NOV2018, http://www.odoxa.fr/sondage/barometre-sante-360-consacre-aux-professions-liberales-de-sante/

[3] Baromètre santé 360 Odoxa, « Regards des Français et des Européens sur l’hôpital et la santé aujourd’hui et attentes pour l’avenir», 29MAY2018.

[4] Réforme du financement des hôpitaux publics : quel impact sur leur niveau d’activité ?, rapport DREES, INSEE, N° 862 • janvier 2014, https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er862.pdf

[5] Article R4127-68 du code de la santé publique.

[6] Gestions hospitalières n°552 – janvier 2016 – Manon Quillevere – Dossier JURIDIQUE : Communication/ publicité Où est la frontière ?

[7] Sébastien Gloriot. Communication ville-hôpital : attentes des médecins généralistes du secteur du Centre Hospitalier de l’Ouest Vosgien. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ffhal-01932256

[8] Lacharme Marie. Relation Hôpital-Ville : satisfaction et attentes des médecins généralistes envers le Pôle de gériatrie du Centre Hospitalier de Pau. Médecine humaine et pathologie. 2018. ffdumas01801456f

[9] Nicolas Lemaire. Évaluation qualitative de la relation ville-hôpital du point de vue des généralistes : données explicatives et ressenti face aux difficultés de communication. Médecine humaine et pathologie. 2016. ffdumas-01347479

[10] Sophie Auchère Vaillant. Relations entre médecins généralistes et petits hôpitaux : l’exemple du Centre Hospitalier de Clermont de l’Oise. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02060712⟩

[11] Baromètre santé 360 Odoxa, « Le parcours de soin», 18MAY2015, http://www.odoxa.fr/sondage/barometre-sante-360-parcours-de-soin/

[12] Ministère des solidarités et de la santé, Feuille de route du numérique en santé, bilan 2020, https://esante.gouv.fr/sites/default/files/media_entity/documents/FDR-Num-en-Sante-2020-V15.pdf

[13] Article Frankfurter Allgemeine Zeitung « Wenn der Artz am Smartphone klebt » 9MAY2018, https://deutsches-datenschutz-institut.de/wp-content/uploads/2018/05/FAZ_Messenger-2018.pdf

[14] Article The Telegraph  11JUL2018, « NHS world’s biggest fax machine buyer due to ‘stubborn’ resistance to new technology, say medical leaders », https://www.telegraph.co.uk/news/2018/07/11/nhs-worlds-biggest-fax-machine-buyer-due-stubborn-resistance/

[15] Hubert, G. : La circulation de l’information médicale: évaluation du lien complexe ville hôpital. Thèse d’exercice : Médecine : Paris : 2006

[16] Dr Patrick Assyag et Dr Philippe Renard, La lettre de l’Union juillet 2014 « Regard et pratique des médecins spécialistes en médecine générale sur l’organisation du parcours de soins des patients »

[17] Baromètre santé 360 Odoxa, « Le monde d’après de la relation patients-soignants», 21JUL2020, http://www.odoxa.fr/sondage/covid-19-sante-france-cest-revolution-non-cest-vraie-evolution/

[18] Rapport de l’ANAP, FEB2019, « Fluidifier les parcours patients et les synergies entre acteurs Démarches et outils »

Meredith Santé simplifie la mise en relation entre les établissements de soins et les professionnels de santé d’un même territoire pour vous permettre de constituer et développer votre réseau pluridisciplinaire en fonction de votre spécialité médicale.

L’inscription est gratuite et exclusivement réservée aux professionnels de santé.

Laisser un commentaire